Le régime minceur : fausse bonne idée !

Régime minceur : fausse bonne idée !

Nous sommes nombreux à nous ruer sur un régime minceur pour retrouver notre ligne d’antan. Les programmes minceur sont toujours plus nombreux et diversifiés, vous promettant monts et merveilles. Mais si le régime minceur était en fait une mauvaise idée ?

Le marché du régime en plein boom

Santé publique France a officialisé ce que nous redoutions tous : près de la moitié des adultes français sont en surpoids ou obèse (respectivement 33 et 17 %). Mais en ont-ils conscience ? Il semblerait que oui… L’étude menée par l’ANSES a mis en évidence des chiffres qui ne nous rassurent guère quant à la perception de notre poids. En effet, plus de 30 % des femmes de l’étude ayant un poids dit “normal“ et 15 % de femmes considérées comme “mincesʺ ont suivi un régime pendant ou l’année précédant l’enquête.

De plus en plus de personnes se lancent dans un régime sans aucune indication médicale et sans accompagnement, dans un dessein a priori esthétique. Il n’est donc guère étonnant que le marché du régime soit en pleine effervescence, estimé à 245 milliards de dollars à l’échelle mondiale et 3 à milliards rien que pour la population française. Or, un régime n’a rien quelconque et insignifiant : il peut avoir des conséquences faute d’un suivi nutritionnel adapté. Pour Irène Margaritis, chef de l’Unité Nutrition à l’ANSES, le régime ne doit pas être pris à la légère : « ceux qui ne sont ni obèses ni en surpoids, ceux qui ont un poids de forme mais qui voudraient perdre quelques kilos, doivent savoir que faire un régime n’est pas anodin. Ce n’est en aucun cas une parenthèse car les modifications physiologiques peuvent perturber l’organisme durablement. »

L’étude menée par l’ANSES a donc analysé 15 régimes parmi les plus connus et les plus vendus (Weight Watchers, Dr Dukan, chrononutrition du Dr Delabos, Dr Cohen…). Les résultats sont loin d’être édifiants.

Régime minceur : contre et contre

C’est mauvais pour la santé

L’ANSES constate que la perte de poids ne passe pas uniquement par la masse grasse, mais implique aussi une perte des masses musculaire ou osseuse, et ce quel que soit le niveau d’apport protéique. Le ratio protéines-lipides-glucides (les macronutriments) est bousculé dans de nombreux régimes :
– L’apport en protéines est supérieur aux recommandations dans plus de 80 % des régimes ;
– La quasi-totalité desdits régimes proposent des apports en glucides trop peu conséquents ;
– Et plus de la moitié des régimes proposent un apport en lipides trop conséquent, et 40 % trop peu conséquent.

L’ANSES est on ne peut plus clair : « toutes les manipulations du régime alimentaire visant un déséquilibre énergétique associé ou non à un déséquilibre d’apports en macro-nutriments […] dans le but d’une perte de poids peuvent s’exposer à des risques importants pour la santé. » Les régimes préconisant majoritairement des protéines d’origine animale peuvent conduire à des risques aux niveau rénal, osseux et cardiaque.

Et les carences en micronutriments sont nombreuses : 61 % des régimes n’apportent pas suffisamment de fer quand 77 % des régimes n’apportent pas suffisamment de vitamine D. Les apports en fibres sont en outre inférieurs aux recommandations dans 74 % des régimes.

Ça mine (vraiment) le moral

La reprise de poids après un régime minceur est avérée dans 80 % des cas et ne cesse d’augmenter avec le temps. À quoi bon s’astreindre à un régime si les bienfaits disparaissent si vite ? L’ANSES rappelle d’ailleurs que la dépression et la perte de l’estime de soi sont fréquentes en cas de reprise de poids après un régime minceur.

Un régime minceur favorise l’effet yo-yo : lorsque nous suivons un régime minceur miraculeux, nous sommes dans la restriction. Certains des régimes étudiés sont sous le seuil des 800 kcals quotidiennes. Mais après cette phase, nous retournons très rapidement à nos habitudes alimentaires, qui ne sont pas forcément adaptées à nos besoins. Donc nous reprenons du poids. L’effet yo-yo peut avoir des conséquences sur la santé physique et psychologique à long terme. Les mots d’Irène Margaritis sont sans équivoque possible : « l’étude a montré que si les femmes minces pratiquent des régimes pour perdre un ou deux kilos, elles courent le risque d’en prendre davantage. La principale conclusion de ce rapport est que la recherche de perte de poids par des mesures alimentaires doit être justifiée et accompagnée par un professionnel de santé, médecin ou diététicien. »

Pour un rééquilibrage alimentaire

Aussi, plutôt que de s’astreindre à un énième régime, pourquoi ne pas plutôt miser sur un rééquilibrage alimentaire ? Repenser l’alimentation pour l’adapter à nos besoins, sans se priver, c’est ce que le programme Équilibre alimentaire de WeCook WeCare vous propose. Il ne s’agit pas d’un régime restrictif mais plutôt d’une nouvelle hygiène de vie à découvrir à l’aide d’une diététicienne nutritionniste. Revoir vos habitudes alimentaires avec WeCook WeCare vous permettra de bénéficier d’une alimentation saine et équilibrée, sans prise de poids mais surtout avec du plaisir.

Sur le même sujet :
Les régimes protéinés sont-ils dangereux pour la santé ?
Dossier spécial : ce qu’il faut savoir sur le régime
9 astuces pour ne pas reprendre de poids après un régime

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Recevez chaque semaine des idées de recettes, des conseils pour une nutrition saine, équilibrée et savoureuse