Battle : sucre ou miel ?

Entre le sucre et le miel votre cœur balance ? Plus pour longtemps ! Ces deux sucrants possèdent leurs atouts santé, mais aussi quelques inconvénients. On fait le match !

Le miel

Pour :

Qu’il soit de lavande, de thym, de tilleul, de romarin, de bruyère, ou encore de châtaignier, le miel renferme dans son pot de nombreux atouts santé. À commencer par le fait qu’il est plus « sucrant » en bouche et moins calorique que le sucre. À titre d’exemple, 10 g de sucre (40 calories) peuvent être remplacés par 7,5 g de miel (22 calories). Il est donc une excellente alternative au sucre, surtout quand on surveille sa ligne. Alors si vous souhaitez conserver votre taille de guêpe, préférez-le au sucre !

Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, le miel soulage les maux de gorge et aide à tousser.

Le miel est un puissant antioxydant. D’ailleurs, plus un miel est foncé, plus il contient de pigments et donc, par extension, plus de caroténoïdes et flavonoïdes antioxydants. Préférez donc un miel de bruyère (teinte brune) à un miel de tilleul (teinte ivoire) pour profiter pleinement de ses vertus antioxydantes.

Le miel favorise l’absorption des minéraux. Calcium et magnésium sont mieux assimilés lorsqu’ils sont accompagnés d’une pointe de miel.

Du fait de ses oligosaccharides qui fermentent dans l’intestin, le miel exerce un effet prébiotique. Il soutient la flore intestinale et donc, par extension, le système immunitaire.

Le miel contient plusieurs facteurs antibiotiques naturels, regroupés sous le nom générique d’inhibine. Le miel est un antiseptique efficace. Il lutte contre plusieurs germes et possède des effets stimulants, cicatrisants et antimicrobiens.

Contre :

Le sucre du miel est du fructose, riche en FODMAP’s. Ces glucides fermentescibles à chaîne courte déclenchent des troubles gastro-intestinaux. Le miel n’est donc pas recommandé aux personnes qui souffrent de colopathie fonctionnelle ou syndrome de l’intestin irritable (SII).

Le sucre

Pour :

Contrairement au miel, le sucre ne contient pas de FODMAP’s et peut donc être consommé sans risque de troubles digestifs par les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable.

Contre :

En France, nous consommons 100 g de sucres libres (ajoutés ou naturellement présents) par jour et par personne alors que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a appelé tous les pays à réduire leur apport à moins de 50 g ! Le problème n’est donc pas tant le sucre, mais l’excès de sucre ! Rappelons que les sucres sont des glucides, nutriments indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Le corps a besoin de bons glucides (légumineuses, céréales complètes…) pour fonctionner. L’idée n’est donc pas de le bannir complètement de votre alimentation mais d’apprendre à en manger moins sur le long terme en utilisant par exemple d’autres matières sucrantes.

Verdict

Pour conclure, le miel est meilleur pour la santé que le sucre blanc raffiné. Privilégiez donc le miel au sucre qui protège et permet de faire le plein d’acides aminés, d’acides gras, d’enzymes et autres facteurs antibiotiques naturels. Mais n’oubliez pas que même le miel doit être consommé occasionnellement car il affiche un indice glycémique élevé !

Vous souhaitez vous prémunir du diabète ? Découvrez notre régime Prévention Diabète pour adopter de bonnes habitudes alimentaires dès à présent ou testez notre régime Diabète de type 2 pour améliorer votre maîtrise de la glycémie, votre pression artérielle et limiter les risques de complications associées.

À lire également sur le même sujet :
Les bienfaits du miel
Le miel se périme-t-il ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Recevez chaque semaine des idées de recettes, des conseils pour une nutrition saine, équilibrée et savoureuse