Actualités, Nouveautés

Maladie cœliaque, allergie au blé, hypersensibilité au gluten non-cœliaque : quelle différence ?

 sans gluten

L’intolérance au gluten / maladie cœliaque
La maladie cœliaque est une intolérance permanente au gluten contenu dans le blé, l’orge et le seigle. Le diagnostic repose sur la détection d’anticorps anti-transglutaminase. Chez les individus génétiquement prédisposés, cette intolérance provoque une destruction de la paroi de l’intestin grêle, ce qui entraîne une mauvaise absorption des nutriments et provoque des carences et des déséquilibres alimentaires graves. La maladie cœliaque toucherait entre 0,5 et 1% de la population. Mais on estime que 80% des sujets atteints ne sont pas diagnostiqués du fait de symptômes cliniques mineurs (diarrhées, perte de poids, anorexie, arrêt de la croissance, ballonnements, aphtes, douleurs osseuses, fatigue, anémie, ostéoporose inexpliquée) ou de formes asymptomatiques (carence en fer). Elle atteint toutes les tranches d’âge, enfants et adultes, mais n’est souvent diagnostiquée qu’après 60 ans. Il n’existe à ce jour aucun traitement médicamenteux. Le seul traitement obligatoire est de suivre un régime sans gluten strict et à vie.

L’allergie au blé
L’allergie au gluten est une réaction d’hypersensibilité immédiate avec manifestations allergiques (éruption cutanée, œdème de Quincke, voire choc anaphylactique dans les formes les plus graves qui requière l’intervention des urgences). Dans ce cas, il n’existe pas d’atrophie villositaire intestinale. L’allergie au gluten est une pathologie encore moins fréquente que la maladie cœliaque.

L’ hypersensibilité au gluten non-cœliaque
L’hypersensibilité au gluten non-cœliaque correspond à des symptômes évocateurs de troubles fonctionnels digestifs (douleurs abdominales, alternance diarrhée-constipation, ballonnement abdominal) chez des sujets diagnostiqués non-cœliaques et non-allergiques, mais qui se trouvent améliorés par le régime sans gluten. Il n’existe à ce jour aucun rationnel scientifique clairement établi. L’imputabilité du rôle du gluten reste donc à démontrer. Dans ce cas, il n’existe pas non plus d’atrophie villositaire intestinale.

 

À lire également sur le même sujet :
Le gluten est-il dangereux pour la santé ?
Ce qu’il faut savoir avant de commencer un régime sans gluten
Le régime sans gluten, pour qui ?
8 recettes de gâteaux sans gluten (sans farine de blé)
12 recettes pour vous essayer au régime sans gluten

 

Notre menu sans gluten

Article précédentArticle suivant
Emeline est en charge du contenu de WeCook. Elle travaille à la fois sur la base de recettes et sur les articles présents sur Today WeCook. Fascinée par la gastronomie, elle met sa passion au coeur des contenus créés pour WeCook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *