Actualités

Comprendre les labels bio : les labels indépendants et associatifs

 

Aujourd’hui, focus sur l’agriculture biologique. Nous continuons de passer à la loupe les labels bio pour mieux comprendre à quoi ils correspondent et quels engagements ils remplissent. Après avoir fait le point sur les chartes françaises et européennes, nous nous attaquons maintenant aux labels indépendants.

 

Label Nature et Progrès

Nature & progrès
Nature et progrès devient le premier label règlementant l’agriculture biologique en France en 1964. Il est la marque de l’association portant le même nom, et fonctionne selon un « système participatif de garantie ». Les contrôles annuels sont effectués par un groupe de membres de l’association, composé d’individus différents tous les ans, et qui sont soit des agriculteurs soit des consommateurs.
Ce label a des exigences supérieures dans un grand nombre de secteurs agricoles à celles de la réglementation européenne :
– la conversion totale de l’exploitation en bio
– dans le cas des produits animaux, une alimentation 100% bio
– l’interdiction totale des OGM
– la prise en compte de l’environnement extérieur (pas de fermes labellisées si proches de grandes voies routières, en aval d’exploitations agricoles polluantes…) et l’aménagement afin de préserver les ressources collectives (nappes phréatiques par exemple)
A noter que certains produits estampillés de ce logo ne sont pas étiquetés sous le label européen.

 

Label Bio Cohérence
Bio cohérence
Bio cohérence est un autre label créé pour dénoncer les nouveaux critères européens remplaçant l’ancien label AB. Le cahier des charges est comparable à celui du Label Agriculture Biologique (AB). La charte est mise en place par un certain nombre d’acteurs de la filière biologique, parmi lesquels la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), les Eleveurs bio de France et les magasins Biocoop, Biomonde et ProNatura. Seul bémol, la certification se fait à la charge des agriculteurs qui doivent eux-même passer par un organisme extérieur (Ecocert, Qualité France, etc), ce qui inclut un coût supplémentaire.
En plus des critères européens, ce label se différencie en imposant :
– pas de ccoexistencebio/non bio
– 
Au moins 50 % des aliments pour les animaux doivent être produits sur la ferme, 80 % pour les herbivores. Bio Cohérence conserve le principe du lien au sol qui a disparu avec le label européen
– l’interdiction totale des OGM, même les traces
– 100% d’ingrédients bio dans les produits transformés – des traitements vétérinaires plus restreints

 

Label Demeter
Demeter
Ce label désigne les produits issus des exploitations utilisant le mode de production biodynamique, c’est-à-dire des techniques agricoles durables spécifiques à chaque ferme considérée comme un organisme « vivant » et autonome. Ce mode d’agriculture se base sur les principes de l’agriculture biologique, en y ajoutant l’emploi de préparations à base de plantes et des principes tels que le rythme lunaire et planétaire. Les contrôles sont effectués par l’association la première année, puis par des certificateurs externes (Ecocert et Qualité France) les années d’après.
Les engagement de ce label sont les suivants :
– l’utilisation de préparations naturelles spécifiques destinées à fertiliser et rééquilibrer la terre
– l’application des principes de flux énergétiques, planétaires et lunaires sur la culture
– la limitation de la taille des exploitations
– la réutilisation des sous-produits de l’activité autant que possible (comme le recyclage et compostage des déchets animaux ou végétaux)

La semaine prochaine, rendez-vous pour notre ultime article sur les labels de l’agriculture biologique, qui sera une synthèse complète.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *